Archive de la catégorie ‘Extincteur’

Trois morts dans un incendie à Paris

Jeudi 8 novembre 2007

news.jpgjeudi 8 novembre 2007 10h30

Un violent incendie a frappé dans la nuit de mercredi à jeudi un petit immeuble situé passage Brady dans le Xe arrondissement de Paris. Deux femmes dont une enceinte et une fillette sont décédées, onze autres personnes sont blessées. Le préfet de police s’est rendu sur place, les causes de l’incendie ne sont pas encore connues.

Autre source…

Deux femmes, dont une enceinte, et une fillette âgée de 10 ans sont décédées cette nuit lors d’un incendie dans un petit immeuble du célèbre passage Brady dans le Xe arrondissement. Onze personnes ont également été blessées, dont un sapeur-pompier. Deux blessés sont dans un état grave. Le sinistre a éclaté vers 3H30 dans la cage d’escalier de cet immeuble d’habitation de cinq étages au 75 passage Brady, qui est occupé au rez-de-chaussée par un restaurant et au premier par les cuisines de celui-ci. Une dizaine de sauvetages ont été réalisés par les sapeurs-pompiers, dont les effectifs sur place se montaient à 150 personnes et à 20 engins peu après 5h00, heure à laquelle le feu a été éteint. Une centaine de personnes de l’immeuble sinistré et de l’hôtel contigu ont été évacuées vers la mairie, toute proche.

Les causes du drame ne sont pas connues. Jean-Michel Beau, ancien syndic du passage et qui habite en face de l’immeuble, avance l’hypothèse « d’un court-circuit électrique au rez-de-chaussée ». Le maire de Paris Bertrand Delanoë s’est rendu sur place mais s’est dit « pas en mesure de donner des informations sur les causes de l’incendie« . Le préfet de police, Michel Gaudin, la ministre du Logement, Christine Boutin, et le haut commissaire aux solidarités actives, Martin Hirsch, se sont également rendus sur les lieux.

Le passage Brady, là où s’est déroulé l’incendie, est un passage couvert situé entre la rue du Faubourg Saint-Denis et la rue du Faubourg Saint-Martin. Il se trouve dans un quartier populaire où vit une importante communauté kurde. Le passage construite en 1826 a connu six incendies au cours des douze dernières années.

La vétusté des lieux, combinée à la méconnaissances des règles élémentaires de sécurité, l’absence de détecteur de fumée et d’extincteurs sont les principales causes d’incendies en France

Achetez des détecteurs de fumées conforme NF

Le sud de la Californie reste la proie des flammes

Vendredi 26 octobre 2007

 LOS ANGELES (AFP) – Deux spectaculaires incendies qui ravagent une région désertique et accidentée dans le sud de la Californie n’en font plus qu’un et ont commencé à s’attaquer à des arbres à flanc de montagne après avoir parcouru quelque 25.000 hectares en cinq jours.« Les deux incendies ne font plus qu’un depuis cet après-midi à 14H55″ (21H55 GMT), a déclaré Kristel Johnson, une porte-parole des pompiers.Les soldats du feu craignaient un tel scénario, alors que leurs efforts risquent d’être contrariés par des températures caniculaires qui devraient persister pendant toute la fin de la semaine.

 Incendie dans les Montagens San Bernardino en Californie, le 14 juillet 2006 - ©AFP/Getty Images - Jamie RectorJeudi, le gouverneur de l’Etat Arnold Schwarzenegger a déclaré l’état d’urgence dans la région située entre 100 et 200 km à l’est de Los Angeles, où 2.000 pompiers sont mobilisés, épaulés par une vingtaine de bombardiers d’eau et d’hélicoptères, et une centaine de camions pompes.

Onze personnes, neuf pompiers et deux civils, ont été légèrement blessées par les flammes depuis mardi. Dans le même temps, plus de 150 bâtiments ont été détruits, dont un tiers de maisons d’habitation, selon un nouveau bilan.

Le premier feu, déclenché dimanche par la foudre et attisé depuis mardi par des températures caniculaires et des vents soutenus, avait ravagé vendredi matin 21.500 hectares. Le second, plus à l’ouest, et également d’origine naturelle, en a parcouru 3.300.

Ces bilans n’ont pas sensiblement évolué dans la journée de vendredi, selon Mme Johnson, qui a précisé que « 1.500 habitations restent menacées ».

Les deux feux se sont rejoints à une vingtaine de kilomètres au sud des stations touristiques de montagne autour du lac de Big Bear, à 2.000 mètres d’altitude, qui ne semblent toutefois pas menacées dans l’immédiat.

C ©AFP/Getty Images - Jamie Rectores villages sont situés en plein coeur de la forêt nationale de San Bernardino, extrêmement vulnérable aux incendies en raison de l’escarpement du terrain et de la présence de grandes quantités de bois mort.

La télévision locale KCBS2 a montré en fin d’après-midi des images en direct prises d’hélicoptère, montrant des pins morts de plusieurs dizaines de mètres de haut, flambant comme des torches. Jusqu’alors, le feu avait surtout parcouru des zones de broussailles et de végétation désertique.

La police a demandé aux milliers d’estivants de Big Bear de se tenir prêts à évacuer la zone, mais se sont voulues rassurantes dans l’immédiat.

« Même si les fumées ont continué à obscurcir le ciel vendredi, le vent tendait à écarter ce feu de la région de Big Bear », a indiqué Mme Johnson. « Il n’y a aucun danger pour les habitants de Big Bear à l’heure actuelle ».

Sur l’aile est du feu, à quelques kilomètres du Parc national du Joshua Tree, l’ordre d’évacuation de plusieurs centaines de maisons, annoncé jeudi, reste en vigueur.

 La tâche des pompiers a été compliquée par la nature du terrain parcouru par les flammes, escarpé et difficile d’accès. Selon eux, « les flammes peuvent gagner jusqu’à 30 mètres par minute, et provoquer de nouveaux foyers jusqu’à 500 mètres de distance ».

Les services météorologiques prévoient pour samedi des températures très élevées en Californie du sud, notamment dans le désert: jusqu’à 48 degrés Celsius à Palm Springs, au sud de la zone sinistrée.

L’Ouest des Etats-Unis est chaque année touché par des feux de broussailles ou de forêts, notamment la Californie où au moins 22 personnes ont été tuées fin 2003 par des incendies qui ont détruit 3.000 habitations et brûlé quelque 3.000 km2.

Nos conseils

Pour votre sécurité, faites attention à bien débroussailler autour de votre maison, coupez les arbres qui y sont tous près ( moins de 4 mètres ). Ne faites pas d’écobuage sans prendre toutes les précautions nécessaires, gardez à proximité un extincteur

Trois morts dans un incendie à La Courneuve

Vendredi 12 octobre 2007

Seine-Saint-Denis

     Une femme et deux enfants sont décédés dans la nuit de lundi à mardi dans l’incendie d’un immeuble à La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Deux personnes ont également été gravement blessées et une douzaine d’autres, légèrement intoxiquées.

Trois morts dans un incendie à La Courneuve  dans Detecteur de fumee dot   dot dans Extincteur

Trois personnes, une femme et deux enfants, sont mortes dans la nuit de lundi à mardi dans l’incendie d’un immeuble à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

« Lors de l’intervention, les pompiers ont trouvé dans la cage d’escalier de l’immeuble les corps de trois personnes décédées par intoxication« , selon la préfecture. Celle-ci a précisé que les victimes étaient une femme et deux enfants, dont un bébé.

Le feu a démarré dans le bas de la cage d’escalier de l’immeuble situé au 17 de l’avenue Paul Vaillant-Couturier, et a fait cheminée.

Deux personnes ont également été gravement blessées dont une en sautant du 3e étage après avoir paniqué. Une douzaine d’autres, légèrement intoxiquées, ont été conduites à l’hôpital.

Les personnes décédées sont celles qui sont sorties de leur appartement. Ceux qui sont restés dans les logements ont été sauvés.

Dans le hall d’entrée et la cage d’escalier, il y avait du matériel, poussettes, cartons, entreposé, ce qui a pu favorisé la prise de l‘incendie. Les pompiers ont précisé avoir été appelés aux environs de 3H30 du matin.

L’immeuble d’habitation était ancien mais pas vétuste, selon le maire M. Poux.

L’ancienneté des lieux, combinée à la méconnaissances des règles élémentaires de sécurité, l’absence de détecteur de fumée et d’extincteurs sont les principales causes d’incendies en France

dot dans les incendies

Les incendies les plus meurtriers …

Samedi 18 août 2007

 

Les incendies les plus meurtriers dans des immeubles locatifs depuis cinq ans

 Publié le 20 août 2006 Actualisé le 20 août 2006 : 14h57

L’incendie qui a fait cinq morts dimanche à Roubaix, dans le Nord, s’inscrit dans une série d’incendies meurtriers dans des immeubles locatifs souvent vétustes et insalubres.

-2 février 2001 : Sept personnes périssent dans un incendie à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) dans un immeuble délabré, occupé par une population pauvre et immigrée. La plupart des victimes avaient été intoxiquées par des fumées.

 -2 avril 2001 : Un incendie fait cinq morts, une jeune femme et ses quatre enfants, dans un appartement d’un quartier populaire de Joigny (Yonne).

-15 avril 2005: 24 personnes, dont 10 enfants, sont tuées dans un incendie qui détruit complètement un hôtel d’hébergement d’urgence à Paris, l’hôtel Paris-Opéra, habité par des familles d’origine africaine.

-26 août 2005: 17 morts, dont 14 enfants, dans l’incendie d’un immeuble vétuste à Paris hébergeant des familles africaines.

-29 août 2005: Sept personnes, dont quatre enfants, trouvent la mort dans l’incendie d’un immeuble squatté par des familles africaines à Paris.

Quatre morts dans un incendie en Gironde

Vendredi 17 août 2007

Une mère et ses trois enfants sont décédés mercredi soir dans l‘incendie de leur maison à Bazas en Gironde.

 

Une mère et ses trois enfants sont décédés mercredi soir dans l’incendie de leur maison à Bazas en Gironde, apprend-on auprès des pompiers.

Un quatrième enfant grièvement brûlé a été réanimé et transporté par hélicoptère au CHU de Bordeaux.

Le sinistre s’est déclaré au rez-de-chaussée de la maison de deux étages, située dans le centre de Bazas, dans laquelle se trouvait la mère et ses quatre enfants, âgés de 5 à 12 ans, alors que le père était absent.

Les pompiers ont pu maîtriser l’incendie rapidement mais la mère, âgée de 32 ans, et trois de ses quatre enfants, qui s’étaient réfugiés dans les étages, sont morts asphyxiés par les émanations de fumée.

Le quatrième enfant âgé de 9 ans se trouvait au rez-de-chaussée.

Une enquête a été ouverte et confiée à la gendarmerie qui a auditionné des témoins tout au long de la soirée.

Selon les premiers constats des pompiers rien ne permet d’indiquer que l’incendie avait une origine criminelle.

17 morts dans l’incendie d’un immeuble à Paris habité par des Africains

Vendredi 17 août 2007

vendredi 26 août 2005

RASSEMBLEMENT A 18H CE VENDREDI 26 AOUT 2005 DEVANT L’IMMEUBLE INCENDIE (20 Boulevard Vincent AURIOL, Paris 13eme, Métro CHEVALERET, ligne 6)

Communiqué de la coordination nationale des sans-papiers.

« Au moins 17 personnes, dont six enfants, ont péri dans la nuit de jeudi à vendredi dans l’incendie d’un immeuble « vétuste »…occupé par des familles africaines dans le XIIIe arrondissement de Paris. Selon un bilan provisoire établi à 07h30, 17 morts (dont six enfants parmi lesquels un bébé de quelques mois) et 30 blessés, dont deux graves, avaient été recensées vendredi peu avant 06h00… Selon la direction de l’Assistance Publique des hôpitaux de Paris, parmi les 23 blessés admis dans sept établissements, figurent deux blessés graves, un enfant qui a été hospitalisé à Trousseau et un adulte à la Pitié-Salpétrière. » (AFP – 26 août 2005).

La Coordination Nationale des Sans Papiers se recueille devant la mémoire des victimes et présente ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes.

Le 15 avril 2005 dans l’incendie de l’hôtel Paris-Opéra près des Galeries Lafayette 24 personnes, également immigrées, avaient trouvé la mort

« Si aucune victime de ce genre de drame n’est tolérable, on ne peut néanmoins ne pas relever que la très grande majorité des victimes sont des familles d’immigrées. Il y a à cela plusieurs raisons. Bien entendu, il y a le déficit criant de logements sociaux par rapport à la demande (320.000 demandes de logements sociaux en attente en Ile de France -Libération du samedi 16 avril, p. 2). Mais il y a aussi la discrimination de fait dont sont victimes les familles immigrés dont les demandes dorment dans les tiroirs des mairies pendant des années. Elles sont ainsi livrées aux marchands de sommeil (hôteliers y compris).La troisième raison, qui relève exclusivement de la responsabilité des autorités politiques, est le refus de régulariser la situation administrative de plus de 600.000.personnes, parmi lesquelles beaucoup vivent en famille, avec des enfants scolarisés. Pas de titre de séjour, c’est en effet pas de logement social, l’entassement dans des taudis insalubres, l’échec scolaire pour les enfants. Les sans papiers sont donc concernés à plus d’un titre par de le drame de l’incendie de l’hôtel Paris Opéra. » écrivions-nous en avril dernier.

Malheureusement, la situation demeure ! L’incendie meurtrier de l’hôtel Paris-Opéra semble avoir été passé par le gouvernement de Villepin-Sarkozy à la rubrique « pertes et profits » !?

Ce nouvel incendie meurtrier, révèle tragiquement et pour la nième fois cette situation dramatique, qui semble parfaitement acceptée par les gouvernements en place, dont l’ancien gouvernement CRS (Chirac-Raffarin-Sarkozy) et l’actuel De Villepin-Sarkosy.

Pendant ce temps là Sarkozy poursuit sa fuite en avant dans le tout répressif, relayant les thèses d’extrême droite et prenant les sans papiers pour boucs émissaires et en cela l’ensemble des immigrés.

Le gouvernement se donne les moyens de terroriser les sans papiers par un arsenal répressif de plus en plus conséquent tout en niant dans ses pratiques les droits les plus élémentaires.

Ce matin, les représentants du gouvernement De Villepin-sarkosy viennent témoigner de leur émotion sur les cendres encore brûlantes de l’immeuble, comme ils l’avaient fait en avril dernier sur celles de l’hôtel Paris-Opéra. Mais quels moyens concrets, réels, ont-ils été mis en place pour que de telles horreurs ne puissent plus avoir lieu ?

Chasser, pourchasser, traquer ceux qui sont dans la précarité (sans papiers, chômeurs, mal logés….) semble être le mot d’ordre du gouvernement De Villepin-Sarkosy, plutôt que de s’en prendre à la précarité elle-même !

La CNSP exige :
- La régularisation tous les sans papiers (le seul moyen de lutter contre les marchands de sommeil)
- La mise à disposition des mal-logés des logements réquisitionnés en cas de sinistre.

Trois adultes sont morts cette nuit dans l’incendie d’une maison au Cateau-Cambrésis, dans le Nord.

Vendredi 17 août 2007

Un incendie a fait trois victimes au cours de la nuit, dans la localité du Cateau-Cambrésis, proche de Cambrai, dans le nord. Les trois victimes, dont l’identité n’a pas été précisée, ont été retrouvées carbonisées dans un appartement du dernier des trois étages de la maison en briques située dans une petite rue du centre-ville.
Un sinistre accidentel
«Selon les premiers éléments de l’enquête, l’incendie serait accidentel», estime la sous-préfète de Cambrai Marie-Françoise Lecaillon. Une enquête judiciaire a été ouverte. Un substitut du procureur et les services scientifiques de la gendarmerie sont sur place. Ils ont pu établir qu’il n’y avait dans la maison «pas de souci de sécurité électrique», explique encore la sous-préfète.
«Le feu aurait pris au deuxième étage», ajoute-t-elle. Il aurait démarré peu avant trois heures du matin. Une trentaine de pompiers sont intervenus pour la maîtriser.