Détecteur de co: étude « UFC, Que choisir »

accueil.png

prevention.pngincendie.pngintoxication.pngexplosion.png

conseils.pngdetecteurdefumee.pngdetecteurdeco.pngextincteur.png

legislationsurlesdtecteursdefumee.png

liensutiles.png

presse.png

temoingnages.png

videos.png

services.png

Ils ont parlés de nous …

logo2007.gif

Le29/10/2007 :

logofrance3.png 

Le 14/11/2007 le midi-pile 

 

 

 

 

 

 

Le 14/11/2007 le 19/20

lesrendezvousdelapreventiondesincendiesintoxicationsaucoetexplosion.gif

boutonsppidaccueil.gifconseils.gifservices.gifliens.gif

prventiondesincendiesintoxicationaucoetexplosiondomestique.gif   laloisurlesdtecteursdefume.gif pressesurlesdtecteursdefumeintoxicationincendie.gifinformationsurlesdetecteursdefumee.gifinformationsurlesdetecteursdeco.gifinformationsurlesextincteurs.gif

banniredtecteursdeco2.gif

 

Toute l’information sur les détecteurs de co ( monoxyde de carbone )

 Le rendez vous de la prévention vous offre l’intégralité de l’étude comparative d l’UFC que choisir sur les détecteurs de monoxyde de carbone. 

Sommaire :

- Pourquoi un détecteur de co?

- Qu’est ce un détecteur de co?

- Etude UFC: le detecteur de co

- Comment bien choisir votre détecteur de co?

- Comment installer son détecteur de co?

- Les normes de détecteur de co

- Comment entretenir votre détecteur de co?

- Le palmarès des détecteurs de co les plus fiables.

- Une attestation d’acquisition pour son détecteur de co?

- détecteur de co, en savoir plus.

 

dtecteurautonomeavertisseurdemonoxydedecarbonecodigitalnorme50291kidde1.jpg 

logoufc.jpg

     Les enquêteurs ont achetés 6 détecteurs avertisseurs autonomes de co en grande distribution puis les ont testés dans des laboratoires indépendants. Seul 1 détecteur de co fonctionne convenablement. Ce qui pose le problème de la norme obligatoire pour commercialiser un détecteur de co en France. Bien choisir vos détecteurs de co revêt une importance capitale. Choisissez des détecteurs avertisseurs de co certifiés NF ou conforme EN 50291:2001

 

     Article paru dans UFC que choisir N°410 novembre 2006, page 28 à 39.

 

Les notes

UFC

Kidde 9CO5

detecteur1small.gif

 Note:15.5/20

 Prix: 40 €

Garantie 5 ans

SF Detection

SF 350 EN (1)

detecteur2small.gif

Note:11.6/20

 Prix: 82 €

Garantie 5 ans

Elro RM333

detecteur3small.gif

Note:11.5/20

 Prix: 40 €

Garantie 3 ans

Ei Electronics

Ei 205 CO Alarm

detecteur4small.gifNote:10/20

 Prix: 86 €

Garantie 3 ans

Chacon

détecteur de CO 34143

detecteur5small.gif

Note:9.6/20

 Prix: 50 €

Garantie 5 ans

UFC que choisir demande le retrait de la vente de ces deux modèles

Gas Detector

GD901

detecteur6small.gifNote:3.8/20

 Prix: 70 €

Garantie N-S

Aviguard

100344 (2)

detecteur7small.gif

Note: 0/20

 Prix: 50 €

Garantie N-S

    Etude comparative des détecteurs de co vendus en Grande surface.  

Détecteurs de monoxyde de carbone

Des drames évitables

Le monoxyde de carbone reste un risque majeur d’intoxications à domicile, et pas seulement dans les logements vétustes. Contrairement aux idées reçues, c’est avant l’hiver qu’il faut penser à l’entretien des appareils de chauffage et au ramonage.

 

Alimentation

Pile ou secteur ?
Les détecteurs fonctionnent sur piles ou se branchent sur une prise de courant. Difficile de prendre parti, chaque option a son inconvénient. Le détecteur branché sur secteur ne donne pas l’alarme en cas de panne de courant, le détecteur à piles n’est plus efficace quand elles sont usagées. Bon à savoir. Les piles doivent être changées dès que le signal de défaut de batterie se déclenche.

 

 

Sensibilité au monoxyde de carbone

Protocole du test

Deux sont fiables
Le rôle d’un détecteur, c’est d’alarmer dès que les concentrations de l’air en monoxyde de carbone augmentent au-delà des niveaux acceptables. Or, seulement deux appareils y parviennent dans toutes les configurations du test. C’est dramatiquement peu. Les trois exemplaires de l’Aviguard sont demeurés insensibles aux concentrations de 55 et 110 ppm, un des trois n’a même pas réagi aux 330 ppm, un seuil qui provoque des convulsions et plonge dans l’inconscience au bout de deux heures. Ce détecteur est évidemment éliminé. Après avoir reçu nos résultats d’essais, le fabricant nous a indiqué qu’il retirait ce modèle de la vente. Ce qui ne le dédouane en rien de sa responsabilité vis-à-vis des clients déjà équipés. Le Gas Detector réagit heureusement aux 330 ppm mais les trois exemplaires sont restés impassibles aux concentrations de 55 ppm, même au bout d’une heure et demie. L’un n’a pas non plus réagi à 110 ppm, un seuil qui provoque des maux de tête et peut avoir des effets sur le foetus. Le Gas Detector est donc éliminé. Quant aux trois appareils notés « 1 étoile » sur ces essais, ils réagissent trop lentement aux 330 ppm si la batterie est presque déchargée ou après avoir été exposés un mois à de faibles concentrations de monoxyde de carbone. Des défauts qui les rendent peu recommandables.
Trois exemplaires de chaque modèle sont exposés à des concentrations croissantes de monoxyde de carbone. Tout d’abord, à 55 ppm (parties par million), l’alarme ne doit pas se déclencher avant 60 minutes, pour éviter les fausses alertes, mais impérativement entre 60 et 90 minutes. Ensuite, à 110 ppm, l’alarme peut intervenir au bout de 10 minutes et doit en tout état de cause se mettre en route avant 40 minutes. Enfin, à 330 ppm, l’alarme doit démarrer le plus tôt possible et au plus tard au bout de 3 minutes. Quand les détecteurs ne réagissent pas dans les délais impartis, les essais sont prolongés. Ces tests sont renouvelés dans une atmosphère très humide simulant celle d’une salle de bains, puis après avoir exposé les détecteurs un mois à une faible concentration de 10 ppm qui ne doit pas déclencher l’alarme.

 

 

Déclenchement intempestif

Protocole du test

Ils n’en font pas trop
Un détecteur qui se déclenche sans raison ne sert à rien, on l’enlève ou on retire les piles après une ou deux fausses alertes. Mais les détecteurs testés sont corrects sur ce critère, à l’exception des détecteurs insensibles à une concentration de 55 ppm, qui n’ont pas pu effectuer cet essai.
La sensibilité des appareils est évaluée à travers les divers tests.

 

 

Niveau sonore

Protocole du test

Discrétion fatale
Aussi efficace soit-il sur la détection du monoxyde de carbone, un détecteur est inutile s’il est inaudible quand il donne l’alerte. C’est le point faible du SF Detection, qui avait pourtant passé avec succès les essais de sensibilité. Si le niveau sonore de son alarme est correct quand les piles sont neuves, elle perd trop de décibels quand leur tension baisse.
On mesure le niveau acoustique à 1 mètre du détecteur. La norme impose au moins 85 décibels.

 

 

Signal d’alimentation faible

Protocole du test

Le chant du cygne
Impossible de prévoir le moment où les piles sont usagées, le détecteur doit avertir quand elles sont faibles. Si les modèles Kidde et Chacon émettent un signal régulier qui attire l’attention de l’utilisateur, les autres envoient des signaux trop brefs.
L’alarme se déclenche-t-elle à bon escient et à un volume suffisant quand les piles sont faibles ?

 

 

 

Notice et facilité d’emploi

Protocole du test

À améliorer
Pas de notice en français pour le Gas Detector, et maîtriser l’anglais apporte peu tant les informations sont succinctes. On n’apprend guère plus en français avec l’Aviguard. Côté facilité d’installation, il manque les vis sur le Gas Detector. L’Aviguard et le SF Detection sont par ailleurs pénalisés pour des insuffisances sur les voyants.
Pour que les détecteurs soient bien installés et bien utilisés, les indications doivent être claires et compréhensibles.

     Article paru dans UFC que choisir N°410 novembre 2006, page 28 à 39.

 

banniredtecteursdeco2.gif

 

Détecteur de fuméeExtincteurs | Alarme intrusion | Alarme sans fil

 

 

2 Réponses à “Détecteur de co: étude « UFC, Que choisir »”

  1. H.Mitong dit :

    Trés intéressant et documenté – conforme EN50291

  2. nico dit :

    Super l’article sur les détecteurs de monoxyde de carbone. détecteur de co. C’est très important. Bonne continuation.

    Merci de votre soutien, Nicolas… et bonne continuation a vous aussi !

Laisser un commentaire